Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
http://je-vais-au-cinema.over-blog.com/

Le blog du cinéma, de tous les cinémas

Festivals et reprises (septembre 2014, suite)

Publié le 14 Septembre 2014 par Curzio M in Evénements

DU 10 AU 16 SEPTEMBRE:

Bordeaux:

Cinéma Utopia (5, place Camille Juillan).

Le Dernier Nabab, d'Elia Kazan. Dernier film de son auteur, réunissant une distribution exceptionnelle (Robert De Niro, Jack Nicholson, Tony Curtis, Robert Mitchum, Jeanne Moreau...), et adapté d'un roman inachevé de Fitzgerald. Le réalisateur d'Un Tramway nommé Désir nous donne ici à suivre une idylle au goût amer, sur fond de conflits à Hollywood. Je recommande vivement, notamment en raison du jeu d'acteurs, et d'une scène finale très émouvante. Plusieurs séances dans la semaine.

Montpellier:

Cinéma Utopia Diagonal (5, avenue du Docteur Pezet).

Chaînes conjugales, de Mankiewicz. Remarquable comédie, mais aussi étude de mœurs et de caractères, qui retrace successivement, au sein d'un même récit, trois destins de couples. Une séance par jour.

Diagonal Capitole (5, rue de Verdun).

Dommage que tu sois une canaille, d'Alessandro Blasetti. Réjouissante comédie italienne de la grande époque, adaptation d'une nouvelle d'Alberto Moravia, et l'un des premiers grands rôles de Mastroianni. L'occasion de passer un très agréable moment. Quatre séances au total.

Paris 5ème:

Le Champo (51, rue des Ecoles).

La Chienne, de Jean Renoir. Un très grand Renoir (dont Fritz Lang fit un remake, intitulé La Rue rouge) et une magnifique composition de Michel Simon. A ne pas manquer! Une seule séance, mardi 16 à 20h30.

Parlons femmes, d'Ettore Scola. Une comédie italienne à sketches, avec pour fil conducteur les relations hommes-femmes. L'ensemble est du plus haut niveau, et ne souffre pas de la comparaison avec les meilleurs fleurons du film à sketches - bien au contraire. Seul le premier segment est un peu lent - mais les suivants sont le plus souvent exceptionnels, quand ils ne sont pas seulement très bons. Plusieurs séances par jour.

La Peine de Mort, vue par le cinéma. Quatre films sont programmés, parmi lesquels des chefs-d'oeuvre: Un condamné à mort s'est échappé de Bresson, Le Procès d'Orson Welles, ou encore le film, très rare, de Visconti d'après Camus: L'Etranger (injustement malmené par la critique, hier et aujourd'hui). Une seule séance pour chaque film.

Reflet Médicis (3, rue Champollion).

The Servant, de Joseph Losey. Avec l'immense Dirk Bogarde. Les relations troubles et ambiguës entre un homme et son domestique. Jeux de pouvoir et subtile inversion des rôles caractérisent cette œuvre éprouvante mais remarquable. L'un des plus célèbres films de Losey. Une séance par jour.

Espace Saint-Michel (7, place Saint-Michel).

La Clepsydre, de Wojciech Has. Un film étrange, inspiré d'une œuvre non moins singulière du très bel écrivain Bruno Schulz. Errances fantasmagoriques dans un sanatorium, pour un esprit en proie à d'inquiétantes rêveries. Par le réalisateur polonais qui a également adapté Le Manuscrit trouvé à Saragosse. Trois séances dans la semaine.

Paris 10ème:

Le Louxor (170, boulevard de Magenta).

Le Plaisir, de Max Ophuls. Chef-d'oeuvre entre les chefs-d'oeuvre. Rarement caméra aura été conduite avec autant de magie: tournoyante, ascendante, caressante... Le film se compose de trois segments, eux-mêmes adaptés de trois nouvelles de Maupassant. Il se dégage de cette réflexion sur le bonheur et le plaisir une atmosphère à la fois enivrante et désenchantée, celle des fêtes et de leurs lendemains douloureux. Je recommande mille fois.

Et enfin... Au Reflet Médicis, dans le 5ème, poursuite du festival 50 grands rôles de femmes, avec cette semaine, entre autres, l'étonnant film de Depardon, 10ème Chambre, instants d'audience.

Commenter cet article