Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
http://je-vais-au-cinema.over-blog.com/

Le blog du cinéma, de tous les cinémas

Festivals et reprises (août 2014, suite)

Publié le 2 Septembre 2014 par Curzio M in Evénements

DU 27 AOUT AU 2 SEPTEMBRE:

Cette semaine, je n'ai pas pris le temps de faire l'habituel relevé de quelques festivals et reprises. Je m'y prends donc au dernier moment, et, bien sûr, uniquement pour la forme.

Bordeaux:

Cinéma Utopia (5, place Camille Juillan).

L'Impossible Monsieur Bébé, d'Howard Kawks. Délectable comédie, avec le génial Cary Grant et Katharine Hepburn. Ou comment partir à la recherche d'un os de brontosaure et tomber sur un léopard. Certes, apprivoisé... Plusieurs séances dans la semaine.

Clermont-Ferrand:

Les Ambiances (7, rue Saint-Dominique).

Parlons femmes, d'Ettore Scola. Une comédie italienne à sketches, avec pour fil conducteur les relations hommes-femmes. L'ensemble est du plus haut niveau, et ne souffre pas de la comparaison avec les meilleurs fleurons du film à sketches - bien au contraire. Seul le premier segment est un peu lent - mais les suivants sont le plus souvent exceptionnels, quand ils ne sont pas seulement très bons.

Montpellier:

Cinéma Utopia Diagonal (5, avenue du Docteur Pezet).

Le cinéma propose, tout comme l'Utopia de Bordeaux, une reprise de L'Impossible Monsieur Bébé. Trois séances dans la semaine.

Paris 5ème:

Le Champo (51, rue des Ecoles).

Parlons femmes, d'Ettore Scola. Voir le paragraphe consacré plus haut à ce film. Cinq à six séances par jour.

La Peine de Mort, vue par le cinéma. Six films sont programmés, parmi lesquels des chefs-d'oeuvre: Un condamné à mort s'est échappé de Bresson, Le Procès d'Orson Welles, ou encore le film, très rare, de Visconti d'après Camus: L'Etranger (injustement malmené par la critique, hier et aujourd'hui). Un film par jour (séance à 21h15).

Reflet Médicis (3, rue Champollion).

Chaînes conjugales, de Mankiewicz. Remarquable comédie, mais aussi étude de mœurs et de caractères, qui retrace successivement, au sein d'un même récit, trois destins de couples.

The Servant, de Joseph Losey. Avec l'immense Dirk Bogarde. Les relations troubles et ambiguës entre un homme et son domestique. Jeux de pouvoir et subtile inversion des rôles caractérisent cette œuvre éprouvante mais remarquable. L'un des plus célèbres films de Losey. Quatre séances par jour.

Le Desperado (23, rue des Ecoles).

Cycle Orson Welles / John Huston. Sept films au total, de l'un ou l'autre des deux réalisateurs. Je recommande tout particulièrement, pour Welles, Citizen Kane, La Soif du Mal et Le Procès. Pour Huston, Gens de Dublin et The Misfits (Les Désaxés).

Espace Saint-Michel (7, place Saint-Michel).

La Clepsydre, de Wojciech Has. Un film étrange, inspiré d'une œuvre non moins singulière du très bel écrivain Bruno Schulz. Errances fantasmagoriques dans un sanatorium, pour un esprit en proie à d'inquiétantes rêveries. Par le réalisateur polonais qui a également adapté Le Manuscrit trouvé à Saragosse. Deux séances par jour.

Paris 6ème:

L'Arlequin (76, rue de Rennes).

Rétrospective intégrale Jacques Tati. Toute l'œuvre du réalisateur, en effet, avec une séance par film. A voir et à revoir, Jour de fête, Les Vacances de Monsieur Hulot, Mon Oncle, Playtime, Trafic... Idéal pour les séances en famille.

Paris 17ème:

Mac-Mahon (5, avenue Mac-Mahon).

L'Homme qui tua Liberty Valance. John Wayne et James Stewart réunis à l'affiche de l'un des plus célèbres westerns de l'histoire du cinéma. Avec un titre porteur de l'énigme centrale: quel est l'homme qui a mis fin aux jours du redoutable Liberty Valance? Quatre séances dans la semaine.

Enfin, la semaine étant extrêmement riche, je me contenterai de citer:

Le Plaisir, de Max Ophüls, à L'Arlequin: chef-d'oeuvre!

Festival 50 grands rôles de femmes, au Reflet Médicis: cette semaine, Le Jardin des Finzi-Contini de Vittorio De Sica et Maîtresse de Barbet Schroeder.

La poursuite du festival (déjà mentionné sur le blog) Cinéma italien, les incontournables, à La Filmothèque du Quartier Latin.

Commenter cet article