Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
http://je-vais-au-cinema.over-blog.com/

Le blog du cinéma, de tous les cinémas

Festivals et reprises (février 2015)

Publié le 21 Février 2015 par Curzio M in Evénements

Bordeaux:

Cinéma Utopia (5, place Camille Juillan).

Rétrospective Mizoguchi. Projection de deux films majeurs: Les Amants crucifiés et Les Contes de la lune vague après la pluie, entre le 4 et le 24 du mois. La beauté des images et la grâce du récit conjuguées dans des oeuvres élégantes, à la symbolique élevée, qui ont fait date dans l'histoire du cinéma japonais.

Montpellier:

Cinéma Utopia Diagonal (5, avenue du Docteur Pezet).

Vidéodrome, de David Cronenberg. Où l'on verra un homme se métamorphoser en magnétoscope vivant... l'estomac béant. Une oeuvre singulière, qui fait l'objet d'une ressortie inattendue: un moyen de la découvrir ou, plus de trente ans après, de la réévaluer. Peut-être moins choquante, novatrice, surprenante qu'à l'époque, mais révélatrice d'une génération, et fondatrice dans la filmographie de Cronenberg.

Paris 5ème:

Le Champo (51, rue des Ecoles).

Le Temps de Claude Sautet. Pour qui goûte l'œuvre de Sautet, et sa saveur si particulière (et subtile), pas moins de six films, tous magnifiques, sont proposés: Les Choses de la vie, Max et les ferrailleurs, César et Rosalie, Vincent, François, Paul... et les autres (dont j'ai proposé un extrait sur ce blog)... Autant de chefs-d'oeuvre qui ont particulièrement bien résisté à l'usure du temps (contrairement à ce que prédisaient certains critiques, du vivant du réalisateur).

Reflet Médicis (3, rue Champollion).

Le Cri du sorcier, de Jerzy Skolimowski. S'il est un film étrange à conseiller ce mois-ci, ce serait bien celui-là. Aucun effet spécial à proprement parler pour ce film fantastique qui ne ressemble à aucun autre, tourné dans une Angleterre quasi-irréelle, perdue dans les dunes et balayée par un vent mystique. La présence d'Alan Bates, de John Hurt et de Tim Curry apporte à ce climat d'étrangeté la classe des grandes distributions. Une réelle bizarrerie, que je recommande aux cinéphiles "du vendredi soir".

Commenter cet article