Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
http://je-vais-au-cinema.over-blog.com/

Le blog du cinéma, de tous les cinémas

Appaloosa (Ed Harris, 2008)

Publié le 14 Mai 2014 par Curzio M in Critiques

Film américain de et avec Ed Harris (2008), avec également Viggo Mortensen, Renée Zellweger, Jeremy Irons.

Disponible en DVD (éditeur: Metropolitan).

Voilà un film qui avait a priori plusieurs atouts. La distribution, d'abord, qui réunit de forts caractères du cinéma (notamment Jeremy Irons, qui apporte souvent beaucoup à un film par sa seule présence). Ensuite, le point de départ du scénario: deux hommes chargés de rétablir la justice dans une ville du Far West tombée aux mains d'un notable corrompu, vont voir leur amitié remise en question en raison de leur attirance commune pour une femme. Une telle situation ne se démarque pas de manière considérable des lieux communs propres au genre du western; mais du moins a-t-elle l'originalité de mettre sur le même plan conflits "sociaux" et conflits "sentimentaux", d'entrecroiser, à part égale, les trahisons de sang et de couche. Enfin, Appaloosa se situe dans la lignée de tous ces films qui, dans les années 2000, ont voulu réinvestir le terrain de ce genre, précisément, tombé dans une forme de désuétude: le western.

C'est justement là que le problème se pose: ce film, réalisé par ailleurs avec un certain soin, me semble souffrir de la comparaison avec Open Range de Kevin Costner, ou There Will Be Blood de Paul Thomas Anderson, sortis durant la même décennie. Ed Harris, à la fois réalisateur et scénariste du film, ne trace pas, entre les deux intrigues précédemment citées, le trait d'union que l'on était en droit d'attendre. L'opposition "personnelle" des deux hommes forts se situe en contrepoint de leur alliance face au "méchant" interprété par Irons, mais elle n'interfère pas dans cette alliance, ne la fragilise pas réellement, et nous prive par là de l'élément tragique qui aurait pu donner du nerf à l'ensemble; si bien que l'on en reste à une "union sacrée" contre le déshonneur, la trahison... Du même coup, l'intrigue sentimentale elle-même ne prend que très peu de relief, et ressemble plus à une vague romance, convenue jusqu'à son dénouement, très décevant à mon avis.

Les acteurs eux-mêmes, nivelés par le scénario, ne livrent qu'un jeu peu expressif (un comble pour de telles pointures!) C'est même ici que ma déception a atteint un seuil critique: Jeremy Irons, cantonné à un rôle épisodique et peu développé, ne parvient pas à "secouer" le film, ni à lui infuser un tantinet de vigueur, au moins occasionnelle. Les visages demeurent, tout au long du film ou presque, impassibles; si bien que j'ai cru, parfois, y lire de l'ennui, comme si, même pour Ed Harris, le film ne tenait pas vraiment toutes ses promesses.

La caméra sauve l'ensemble: quelques plans, bien cadrés, mais trop rarement esthétiques (de ce point de vue-là, Open Range rafle la mise bien plus qu'Appaloosa), donnent malgré tout le sentiment d'une œuvre qui n'a pas été bâclée. Le rythme, lui, est d'une rare lenteur (facteur qui, d'ordinaire, ne me rebute pas...) Sur la jaquette du DVD, un jugement critique cite en comparaison Clint Eastwood... Je préfère revoir Impitoyable.

Commenter cet article